11822341_10207496535160827_1730052071811733749_n

 

« Comme du cristal »

un cœur est toujours fragile,
L’anéantir n’est point difficile,
C’est comme du cristal
Pas un banal métal 
Pour lui faire du mal,
Il suffit d’un mot insultant
Ou un geste blessant,
Un rejet le plonge dans le désespoir
Le condamne à vivre dans le noir 
L’abandonner pour n’importe quelle raison 
Est une atroce trahison 
Que ce soit par infidélité,
Ou à cause d’une fatalité
Un abandon reste toujours cruel
il brise le cœur, lui coupe les ailles 
R Z
https://www.facebook.com/pages/Mes-pensées-intimes/201820189997181?sk=photos_stream

10291714_266851653494034_4960630614216728924_n

Musicienne 
Je me vois en musicienne
Composant pour toi une mélodie aérienne
Pas du genre indienne… 
Ou brésilienne…
Non…c’est une symphonie plutôt calme
Pas du tout fade ou monotone …
Ma musique est un peu étrange 
Elle fait danser les humains,
Et bercer les anges… 
Elle est comme une rivière ….
Silencieuse et fière …
Coulant entre deux montagnes 
Ou un champ de balisiers,
Rayonnant, de belle allure,
Dans une aride compagne 
Je vois ton corps qui se balance
Aux rythmes de cette musique si dense
Inventant de nouveaux pas de danse 
Dès les premières notes 
Tu t’approches …. 
A mon oreille tu chuchotes :
« Accompagne-moi c’est notre danse »
R Z

 

10509735_337034946475704_7758725290704697450_n

 

Je Guette ……

Je guette dans ton regard
Le sort de ma future nuit
Sera-elle pleine d’égards 
Ou bien bercail de tous mes ennuies 
Je guette dans ton regard
Un peu de chaleur…
Un soupçon de bonne humeur … 
Des messages de ton cœur
Me convoitant, me faisant la cour …
Quel sort me réserves-tu ce soir ?
Vas-tu t’enfermer à double tour
Dans ta tour d’ivoire obscure … ?
Me laissant à mon triste sort …… 
Moi j’ai envie de porter de la fine dentelle…
D’un romantique dîner aux chandelles 
Je veux lire des promesses dans ton sourire
Partager les plaisirs d’un fou délire
Frissonner à tes chauds murmures 
Humer ton halène tiède et humide
M’accrocher à tes bras solides 
M’enivrer de tes caresses….
Empressées, parfois pleines d’adresse …
Que vas-tu faire ce soir ? 
Prendre ma main, entremêlant nos doigts 
Ou vas-tu me tourner le dos …
Suspendant entre nous deux
Un invisible rideau ? 
Vas-tu m’honorer avec passion et tendresse
Ou tes approches se teinteront de maladresse ?
Je fouille dans ton regard 
À la recherche d’un signe, d’un espoir
Pour m’en sortir de ce trou noir
D’attente et d’incertitude 
Mais comme d’habitude
Rien ne passe, 
Blessée, je me casse…
Ton regard est sec, creux
Énigmatique et mystérieux…
Dis-moi, as-tu peur de montrer tes sentiments ?
Que je profite de la faiblesse de ce moment ? 
Pour t’arracher des promesses et des serments ? 
Ne sais-tu pas que toutes les fibres de mon corps 
Te crient à haute voix ma passion et ma douleur 
Sans rien attendre de matériels en retour
Juste ta fidélité, ton dévouement et un sincère amour 
Le temps qu’il me reste à vivre jusqu’à ma mort 
Après, tu seras libre de changer de port…. 
De tourner la page sans remords ….

Rachida Zaidi

10615400_335581269954405_7485285676602404068_n

J’ai appris 

J’ai appris qu’il faut prendre le temps
De savourer la vie à chaque instant
Été, automne, hiver et printemps 
Et faire du bien autour de soi aussi longtemps 
J’ai appris qu’il faut prendre le temps
De se regarder dans une glace 
Dans un franc face à face ….
S’évaluer objectivement, sans indulgence …
Assumer ses erreurs … les gérer avec intelligence. 
J’ai appris qu’on doit fermer la mémoire 
Sur nos échecs et nos déboires
Les bannir de notre trajectoire … 
Et bien ranger au fond d’un tiroir
Nos tristes souvenirs et expériences 
Qui nous empoisonnent l’existence 
J’ai aussi appris qu’il ne faut jamais se fier aux apparences
Elles sont le plus souvent trompeuses …
J’ai appris qu’on doit aller jusqu’au bout de nos rêves 
Avant que le glas sonne et l’espoir s’achève 
J’ai appris qu’il faut aussi prendre le temps
D’admirer la nature, d’écouter le vent 
Chanter le crépuscule comme le jour levant 
Absorbés par les tourbillons de la vie
On oublie de le faire très souvent ….
J’ai appris qu’il faut prendre le temps
De méditer, se recueillir et faire une petite prière
En faveur de ceux qui nous ont quittés pour l’au-delà…
Ou ceux qui vivent derrière les frontières …. 
Sans oublier les veuves, les orphelins, les malades
Et bien entendu tous les victimes de guerres !


Rachida Zaidi

 

10320467_268552406657292_7417379211941114277_n

Ô ma nuit !!!

Chère nuit, ma complice fidèle
Chaque soir tu me couvres de tes ailles 
Des fois sombre, impénétrable
D’autres, la lune t’adoucit
Te rend amicale, moins redoutable 
Chassant les dernières lueurs du jour
Présente, toujours à l’heure 
Témoin de mes rêves et supplices.
Je te livre secrets et souffrances 
Entre nous il y a une belle entente.
Tu combles le vide de mes attentes.
Ma nuit, compagne de chaque soir.
Nos destins se câlinent dans le noir.
Tu es la confidente de mes fantasmes
Devant toi, je mets à nu mon âme…
On est dans mon boudoir.
On se raconte nos déboires.
Aspirant paix et espoir.
Ô nuit, jardin secret de mes amours.
De mes états d’âme, de mes frayeurs.
Sacré berceau des troubadours.
Qui chantent passion et amour.
Et pleurent solitude et douleur.
Nuit de mes joies, nuit de mes tourments 
La lune est ton couronnement.
Chaque étoile est un ornement.
Chaque aube est un commencement,
D’une vie, d’une expérience, d’une émotion.
Qu’elle soit satisfaction ou déception
L’aube est symbole de continuité, de changement.
Que l’on vit totalement.
Dans son intégralité, pas autrement.


RACHIDA ZAIDI.

 

999756_241323419380191_610444670_n

Une vie idéale 
Je veux vivre sur une plage 
Dans un simple cottage 
Librement flâner sur le rivage 
Courir pieds nus, papoter dans l’eau 
Voir les goélands voler au-dessus des bateaux
Profiter du soleil, construire des châteaux
Respirer l’air marin, jouer au cerf-volant 
Ramasser les coquillages…….
En faire des colliers, et en hommage,
Les offrir aux femmes du village……
Je veux pouvoir veiller tard le soir
Sortir sans crainte, sur les rochers m’asseoir 
Admirer le coucher de soleil, guetter les étoiles
Cheveux au vent, sans chaperon, sans voile 
Je veux nager au clair de lune 
Avec les vagues, chanter une mélodie nocturne 
Dans ce cadre idéal, naturel 
La mer, le sable et le ciel 
Je serais une reine, une sirène
Débordante d’amour, sans peine, sans haine 
Rachida Zaidi

 

923057_236794993166367_512410041_n

Libre !!!

Libre, je veux seulement vivre,
Sans tabous, de liberté ivre,
Sans entraves qui m’ attachent,
Me tourmentent sans relâche.

Je veux seulement voyager 
Voir autres horizons, autres contrées.
Je rêve de faire une croisière 
voir le monde, bannir les frontières 

Je veux seulement avoir le droit de choisir,
Mes amis(e), ma destinée, mon avenir,
Personne n’a le droit d’intervenir,
Dans mes choix et mes désirs

Je veux seulement réaliser mes rêves,
Qui me tiennent à cœur sans trêves,
M’imposer, réaliser mes projets,
En toute liberté loin des préjugés.

Je veux seulement être belle, rebelle
Des deux bouts, brûler ma chandelle,
De ma vie bien en profiter
Sans regrets, assumer mes responsabilités 

Je ne veux ni argent ni palais
Ni bijoux ni valets….
Je veux seulement vivre en bonne santé
dans l’amour, la quiétude et la dignité…


Rachida Zaidi

 

1496347_220950498084150_547479632_o

 

J’ai ma fierté 

Je suis fière, femme altière
C’est vrai, je t’aime et je te vénère
Mais me trainer à tes pieds,
Te supplier de me regarder, de m’aimer 
Ça jamais tu peux toujours rêver
Même si je t’aime à en crever
Si je fais un pas pour t’approcher
Tu dois faire un saut pour me toucher
Juste une caresse sur mon bras
Et je te traîne sous les draps
Je te ferai perdre ta boussole ……
Tes pieds quitteront le sol
Je ne demande pas grand-chose
Ni parfum, ni bouquet de roses
Ni biens, ni bijoux, ni proses …….
Mais juste un peu d’intention
Me témoigner ton affection
Par des mots doux et des caresses
En gage d’amour, de tendresse….
Pour moi ta bien aimée, point une faiblesse 
Je sais que ton travail est très important
Mais il absorbe tout ton temps
Je suis lasse d’afficher cet air mécontent
Je ne le supporterais pas pour longtemps
Je ne demande pas la lune
Juste dans ta vie être à la une
Comme toi, tu es ma richesse, ma fortune …

ZAIDI RACHIDA

1459836_219164768262723_99105740_n

Regards
On s’est regardé dans les yeux
Un long regard fiévreux
Tu as fouillé mon âme
A la recherche de mes larmes

Tu as percé mon drame 
Ma solitude, ma douleur suprême 
Sans mots, on s’est livré nos malheurs 
Nos regards chargés de rancœurs 

Un regard, à l’unique langage
Portant milles messages 
L’amour, et une brûlante passion 
La tendresse et la compassion 

Tu es arrivé au moment crucial 
Transie par un sentiment glacial 
Un simple regard a changé ma vie
M’a ouvert les portes des envies 

Il suffit d’un chaud regard 
Pour chasser ton air hagard
Il bouleverse ton univers
Te transporte dans les airs 

Merci mon prince ténébreux 
Mon sauveur de mon vécu affreux 
Tu as illuminé mon regard voilé 
Le rendant étincelant comme un ciel étoilé 

Maintenant on se regarde dans les yeux
On a le même regard espiègle, joyeux.
Plein de soleil dans nos prunelles 
On s’est juré un amour éternel !


Rachida Zaidi

 

1461526_217465308432669_824458713_n

 

Je veux ……….

Je veux m’évader des tourbillons de mon passé
J’en ai assez d’être blessée… tête baissée 
J’ai beau défié les vagues de mélancolie
Je n’arrive pas à oublier délires et folies 
Sur les ailles de la liberté, je veux fuir ma sombre prison 
Cracher le poison de rancœur, retrouver ma raison 

Un vent glacial s’échappe de ma tristesse
Gèle mes sentiments, anticipe ma vieillesse 
Devant mes yeux, le livre de mes souvenirs 
Se déroule au ralenti pour mourir
Dans le brouillard de ma mémoire 
Triste épilogue pour mon histoire 

Mes rêves ont perdu leurs belles couleurs
Devenus ternes, sans joie sans chaleur
Dans la tourmente et la douleur …
Leur charme m’a longtemps envouté 
Maintenant, je les vois avortés 
Avant de franchir la porte de ma vérité 

Ma sensibilité est responsable de ma défaite 
Ce n’est pas ma faute si je suis ainsi faite 
Je voulais faire de mon quotidien une fête !!!
De l’été, du printemps mes seules saisons 
Mais je suis tombé dans l’hypocrisie du présent 
Dans les affres des complots et trahisons 

Rachida Zaidi

1383182_209209505924916_463494931_n

Poussières 


Ma nuit nage dans une douleur amère
Mes étoiles pleurent les rêves chimères
Mes larmes enterrent les décombres de l’espoir
Mes souvenirs, je les range dans un tiroir 

On m’a volé mon cœur pour le jeter en enfer 
Pour dormir, j’avale des somnifères 
Ô chance, pourquoi tu m’as abandonné 
Après m’ avoir tout donné 

Ecroulé, mon château de sable
A cause d’une langue redoutable 
Du fond de ma souffrance
J’ai vu mourir mes réjouissances

J’ai suivi le torrent de la rivière 
Croyant posséder la lumière
vivant une vie printanière
Mais le rêve est devenu poussières 

Du cœur de ma douleur
S’est échappé mon bonheur 
Mes gémissements se sont enfermés dans le silence
Métamorphosés en désespoir si dense 


Rachida Zaidi

 

1384066_202912296554637_1782878500_n

Doutes 


De mes doutes je veux m’extraire
Prête à tout pour te plaire
Sommes-nous vraiment des partenaires ?
Tu es tout mon contraire
Moi, tête en l’air, toi exemplaire
Es-tu réel ou imaginaire ?

Tu affirmes que tu m’aimes
Moi aussi je t’aime, corps et âme
Comme un papillon sous le charme
Je rode autour de ta flamme
Elle me tente, me réclame 
Innocente, ou fatale arme ? 

J’ai peur de me brûler les ailles
Obsédée par « elle »
La belle, la rebelle
Elle tient encore les rênes
Maîtresse de l’arène 
Ta passion m’est partielle 

Que tu me quittes, je refuse de l’envisager
Ton manque, nul ne peut l’alléger 
Tu es ma force, ma défaillance
Au bonheur, ma dernière chance
Je t’ai dans ma peau
Sans toi, mon monde est creux 


Rachida Zaidi !

 

1382041_204005856445281_1879072335_n

Nous sommes différents

Nous somme différents, il faut bien le croire
Que tu sois blanc, jaune ou noir
Avant tout, tu es un humain plein d’espoir
Que tu sois videur, ingénieur, directeur ou rappeur
Crois en tes valeurs sans hésitation sans peur 
Ne maudit pas ton propre sort 
Pour toi même, tu es une mine d’or
Tu vaux tous les trésors 

Il faut snober tous les préjugés 
Dont on est submergés 
On est souvent critiqués et mal jugés 
Par la société et les puritains âgés 
Avançons, ne restons pas figés 
Laissons ça de côté, ayant le cœur léger
De cette galère, nous devons émerger 
Imposer notre volonté, concrétiser nos projets 

Par la couleur de notre peau, nous sommes différents
Par notre langue et religion, nous sommes différents
Par nos coutumes et croyances nous somme différents 
Ça n’a aucun rapport avec la richesse et l’argent 
Dans nos veines, le même sang rouge nous partageons
Aussi bien les mêmes valeurs et l’esprit cohérent
Alors, au lieu de nous déchirer, d’être des concurrents
Soyons solidaires, pour l’amour et la paix, des conquérants 


Rachida Zaidi.

 

1000368_218066068372593_637330851_n

 

Tendresse

La tendresse est ce sentiment doux
Qui reste aux cœurs des ex-amoureux
Qui les empêche de devenir hargneux 
Quand l’amour quitte les lieux …
La tendresse, c’est pouvoir se quitter
Sans regrets, sans s’insulter 
Sans s’abaisser à se blesser 
Quand le courant cesse de passer …
La tendresse, c’est se retrouver, se contempler
Sourire aux lèvres, le cœur au bord des yeux 
Se comprendre à demi-mot
Evoquer des souvenirs heureux …
La tendresse, c’est prendre des directions opposées 
Sans se retenir sans se maudire 
C’est se pardonner sans se nuire …… 
Rester bons amis et éprouver de la tendresse
C’est pouvoir démolir les ponts que le temps dresse
La tendresse, c’est cette chaleur
Qui berce le cœur
Panse les blessures
Chasse la rancœur …

Rachida Zaidi

Mes pensées intimes

Mes pensées intimes. 403 likes · 6 talking about this. un espace pour publier mes poèmes et mes pensées intime

https://www.facebook.com


♪♫♪♫ - Devant soi de Mylène Farmer  ...

Il a bu dans le cours d'un ruisseau
Parcouru les montagnes et le bourg
Il a vu dans vos yeux tant de haine
Qu'il s'est cru, un instant, plus le même

Il a pris des chemins solitaires
Privé d'os comme un chien qui se terre
Il s'est mis à pleurer comme on aime
Continue à prier quand même

C'est devant soi qu'il faut se voir
La vie n'est pas toujours ce que l'on croit
C'est devant soi que je veux vivre
J'ai devant moi beaucoup de vie et de rires
C'est devant soi qu'il faut se voir
La vie n'est pas toujours ce chemin droit
Il faut me dire quand vient le noir
J'ai devant moi beaucoup de vie et d'espoir

Il a vu les loups surgir du bois
Suspendu aux branches de vos lois
Il a perdu l'amour, deux étoiles
Qui brillaient dans son coeur qui se voile

Il a compris quand gorge se serre
Que la vie ouvre porte à l'enfer
Mais là-haut, un faucon se déploie
Qui protège son nom, son choix

C'est devant soi qu'il faut se voir
La vie n'est pas toujours ce que l'on croit
C'est devant soi que je veux vivre
J'ai devant moi beaucoup de vie et de rires
C'est devant soi qu'il faut se voir
La vie n'est pas toujours ce chemin droit
Il faut me dire quand vient le noir
J'ai devant moi beaucoup de vie et d'espoir

C'est devant soi qu'il faut se voir
La vie n'est pas toujours ce que l'on croit
C'est devant soi que je veux vivre
J'ai devant moi beaucoup de vie et de rires
C'est devant soi qu'il faut se voir
La vie n'est pas toujours ce chemin droit
Il faut me dire quand vient le noir
J'ai devant moi beaucoup de vie et d'espoir